Haut les cœurs !

 

Quand votre tête dit « oui », et que votre cœur dit « non ». Quand votre corps semble flotter entre deux eaux, et que le sol semble vous abandonner sous vos pieds, quand vous semblez pris dans un tourbillon vertigineux et si tous vos sens sont dans un charivari indescriptible… nul doute, les nausées sont là, bien présentes, prêtes à vous faire vivre un début de « fin du monde » !

 

Si les dieux possédaient l’ambroisie, boisson dont le nectar leur assurait l’immortalité, la nature nous a donné mille et une plantes pour nous garder (droits) sur le plancher des vaches !

Vous rappelez-vous cette chanson de Gaston Ouvrard « J’ai la rate, qui s’dilate – J’ai le foie, qu’est pas droit… Ah, bon Dieu que c’est embêtant d’être toujours patraque. »

À elle seule, cette chanson pourrait décrire les symptômes que nous ressentons lors de nausées. La nausée est un trouble qui se traduit par une envie de vomir. Elle trouve sa cause le plus souvent dans une insuffisance à pouvoir digérer les aliments. Elle peut également être consécutive à la prise de certains traitements médicamenteux toxiques pour le foie, ou être le symptôme d’une autre affection (maladie hépatique, intestinale, anxiété ou stress important, migraine, grossesse…). Si vous souffrez d’un état nauséeux qui ne cède pas sous 24 ou 48 h, une consultation médicale s’impose afin d’en déterminer la cause. Bien souvent, elle est évidente, et votre pharmacien phytothérapeute pourra vous proposer des traitements « simples », efficaces et peu onéreux.

 

Le gingembre

La plante majeure est, à mon avis, la racine de gingembre. Nous utiliserons avec bonheur l’extrait sec de gingembre en gélule, dont la poudre pourra être aisément diluée dans un jus de fruit ou un peu d’eau pour les enfants (même très jeunes) et proposée aux adultes, y compris les femmes enceintes. La posologie peut être adaptée à l’importance des symptômes et à leur fréquence sans grand risque… Idéal lors de départ en vacances où le mal des transports guette. À noter depuis quelques années, l’existence sur le marché de sucettes au gingembre pour lutter contre les nausées en voiture (ou l’art d’associer l’utile à l’agréable !).

En poudre de plante, compter 2 g pour lutter chez l’adulte contre nausées et vomissements. Le goût légèrement piquant et poivré peut être quelquefois un obstacle, et nous lui préférerons la première solution proposée ci-avant. Ce dernier inconvénient est à prendre en considération chez les patients suivant des chimiothérapies anticancéreuses où le goût peut être altéré.

 

La gemmothérapie

Dans tous les cas, il est utile d’associer quelques incontournables de la gemmothérapie en traitement de fond, à commencer dès l’apparition des symptômes ou deux jours avant, si ceux-ci sont attendus. Le bourgeon de figuier (Ficus carica) agit en amont de problèmes liés au stress qui perturbent l’estomac ou le transit.

Le bourgeon de romarin (Rosmarinus officinalis) est le protecteur du foie tout en stimulant le système nerveux et la sphère psychique. Enfin, le genévrier (Juniperus communis) est un remarquable draineur hépatorénal, à utiliser en cas d’intoxication et notamment dans le cadre de chimiothérapie, d’hépatite chronique et de cirrhose. Ces remèdes pourront être utilisés seul ou en synergie, à la dose de 5 à 25 gouttes par jour à jeun sur une période de 3 semaines, pouvant être renouvelée après 10 jours d’arrêt.

Les huiles essentielles ont aussi toute leur place dans le traitement des nausées. La plus commode est l’HE de citron, hépatoprotectrice par excellence. Elle peut être utilisée chez l’enfant dès 3 ans et chez la femme enceinte (se rapprocher de votre phyto-aromathérapeute). Éventuellement, elle pourra être associée à l’HE de gingembre (pas tout à fait un hasard…) et à l’HE de camomille noble avec 2 ou 3 gouttes du mélange dans 1/2 cuil. à café de miel 2 ou 3 fois par jour selon besoin.

Bien sûr, je ne vous quitterai pas sans vous parler des incontournables, menthe poivrée, mélisse, camomille, lavande… dont les effets positifs sur les nausées ne sont plus à démontrer. Nos grands-mères les utilisaient en tisanes, ou quelquefois en petits sachets attachés en médaillons autour du cou afin que les effluves excitent préventivement la vitalité du patient et le maintiennent en bon éveil.

Aussi, lors d’un voyage ou d’un traitement, afin de ne pas avoir l’estomac barbouillé et la tête dans le sac, de pouvoir garder l’œil et le teint frais…, faites confiance à ces plantes pour combattre votre mal-être intérieur… 

 

Christian Rodicq

Docteur en Pharmacie – Phytoaromathérapeute

vOS COMMENTAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre avis * :

Plus de conseils bien-être

Nos services santé

Trouver Ma pharmacie

Plus de 2000 pharmaciens professionnels à l'écoute de votre santé

Géolocalisez-moi

Vos services en ligne

Envoyer votre ordonnance.

Prendre RDV avec votre pharmacien.

Acheter en ligne en livraison ou en retrait.

Pharmacies en ligne

Ma communauté PharmaVie

Partagez votre PharmaVie au quotidien sur les réseaux sociaux !

Ma communauté PharmaVie

Partagez votre PharmaVie au quotidien sur les réseaux sociaux !

Prix tout doux, toute l’année

Affinity, votre programme de fidélité

Livraison chez vous ou dans votre pharmacie préférée

Notre équipe à votre écoute